Les enfants de Llullaillaco

Le MAAM ou Museo Arqueologico de Alta Montaña de Salta a été créé pour conserver les restes de 3 momies d’enfants incas découvertes à 6700 m d’altitude  au sommet du volcan Llullaillaco, en parfait état de conservation avec tous les objets qui les accompagnent. Le groupe se compose d’un enfant de 7 ans connu sous le nom de « El Niño », une petite fille de 6 ans, « La Niña del Rayo », et d’une jeune fille de 15 ans, « La Doncella ». Ils ont été mis au jour en 1999 par une équipe du National Geographic composée d’alpnisites, d’archéologues argentins et péruviens et d’un anthropologue américain, Johan Reimhard. Il s’agit du site archéologique le plus haut du monde.

Les conditions de haute altitude (basses températures, basse pression et manque d’oxygène) ont permis leur conservation exceptionnelle pendant près de 500 ans. Le processus de momification naturel dépend de nombreux facteurs. Pour qu’il se fasse, il faut que l’eau contenue dans les tissus s’évapore rapidement empéchant ainsi les germes responsables de la putréfaction de se développer et permettant aux organes de garder leur forme naturelle. Les incas connaissaient également les processus de momification artificiels et il est évident qu’ils ont placé les corps en altitude sachant qu’ils se conserveraient.

llullaillaco-niño

llullaillaco4niña

doncella_llullaillaco_christian_vitry_8On estime que les corps ont été déposés entre 1480 (date de l’expansion de l’empire inca à la région du nord-ouest argentin) et 1532 (date del’arrivée des espagnols). Tout indique qu’ils ont été sacrifiés à l’occasion de la cérémonie connue sous le nom de Capacocha, documentée par les chroniqueurs espagnols et coroborée par les restes archéologiques. Éthymologiquement, on pourrait la traduire par « obligation royale ». Elle avait lieu quand l’Inca le décidait, pendant le mois dédié à la récolte, en l’honneur d’une divinité ou lors d’un événement particulier comme la mort d’un empereur inca. À cette occasion, chaque communauté ou ayllu des quatre coins de l’empire (Tawantinsuyu ou empire des quatre moitiés) envoyait un ou plusieurs enfants accompagnés par leur famille proche à Cuzco, capitale et centre du monde inca. Là bas, ils se réunissaient sur la place centrale face aux images des divinités et l’empereur célébrait le mariage symbolique entre enfants de tout l’empire pour renforcer les liens sociaux de tout l’empire inca qui s’étendait alors du nord de l’Équateur au nord de Santiago du Chili. Les enfants devaient ensute rentre chez eux en ligne droite, traversant tous les obstacles du terrain. À leur arrivée, ils étaient acclamés et considérés comme des divinités. Ils étaient ensuite emmenés sur le lieu des « adoratoires » où il étaient habillés de leurs plus beaux vetements. Ils buvaient de la chicha (alcool de maïs) et une fois endormis, ils étaient enterrés avec les objets cérémoniaux. Selon la croyance, ils rejoignaient ainsi les dieux et les ancetres qui veillaient sur le village. En donnant ce qu’ils avaient de plus cher, les habitants pensaient qu’ils leur seraient rendu en santé et prospérité.

Les adoratoires étaient situés près d’éléments naturels sacralisés et considérés comme des divinités (huacas). C’est le cas de nombreuses montagnes ou volcans de la cordillière des Andes. 25 autres momies d’enfants ont à se jour été retrouvées au sommet de 14 montagnes dont 6 en Argentine: une sur le Cerro Chañi (Province de Jujuy), une autre sur le Cerro Chuscha (Province de Salta), une autre sur le volcan Quehuar (Province de Salta), une autre sur l’Aconcagua (Province de Mendoza), une autre sur le Cerro El Toro (Province de San Juan) et enfin les trois du volcan Llullaillaco (Province de Salta). Pour accéder au site où ont été trouvées les 3 momies, un chemin avait été tracé depuis la base du volcan à son sommet. À 4900 m a été retrouvé un cimetère pillé il y a longtemps, puis plusieurs constructions qui devaient servir de refuges et de camp de base pour l’ascension du volcan. Enfin, à 6730 m d’altitude se trouvaient deux petites enceintes en pierre connues comme « huttes doubles » où les enfants ont du etre préparés avant d’etre enterrés sous une structure rectangulaire ou plateforme cérémonielle où ils ont été trouvés.

523px-Chozas_doblesEl Niño était vêtu d’une tunique en laine rouge et coiffé d’un ornement en plume blanche fixée à l’aide d’une corde en laine enroulée autour de la tête. Autou du cou, il portait un collier fait en spondylus, un coquillage originaire de l’Équateur. Il était accompagné de figurines miniatures représentant des éléments de son quotidien: textiles, céramiques et en particulier des figurines zomorphes représentant des lamas en or, argent ou spondylus conduits par des hommes richement habillés. Ce type d’offrande est typiquement masculine, le lama était à la base de l’économie inca grace à sa viande, sa laine et sa fonction d’animal de bat. Les caravanes de lama, conduites par des hommes, permettaient la circulation des biens dans tout l’empire. Également des lances pierre en laine de camélidé tressées et tissées. Ces lassos étaient utilisés comme ornements céphaliques et étaient signe de noblesse. Ils le recevaient lors de rites de passage à l’âge adulte et d’appartenance à la noblesse inca.

800px-Miniatura_llamas_vitrina_9

La Niña del Rayo est coiffée de tresses et son crâne a été intentionnellement déformé pour lui donner une forme conique, signe de beauté et de noblesse. Elle est couverte d’un manteau marron fixé par une épingle en argent. Elle est accompagnée de céramiques miniatures, d’un sac en tissu, de mocassins en cuir, de sandales et de plusieurs figurines féminines en argent vêtues de vêtements miniatures en tissu et coiffées de plumes.

Enfin, la Doncella, plus agée, devait être une aclla ou vierge du soleil. C’étaient des jeunes filles élevées à l’écart pour être les femmes symboliques de l’inca. Elle étaie coiffée d’une coiffe en plumes blanches. Elle était vêtue d’un manteau marron attaché par une ceinture aux motifs géométriques. ses cheveux étaient tressés. Elle est accompagnée entre autre de céramiques, de textiles de haute facture et d’une figurine féminine coiffée de la même coiffe en plumes blanches.

250px-Llullaillaco_estatuilla_vitrina_7

Tous les trois sont accompagnés d’objets provenant des 4 coins de l’empire: spondylus de l’Équateur, plumes des basses terres boliviennes, laine et métal des hauts plateaux…

Ils sont tous les trois conservés au musée grace à des techniques reproduisant les conditions dans lesquelles ils ont été trouvés et sont exposés successivement les uns après les autres.

momia-llullaillaco-estudios

La première partie d’un documentaire du National Geographic:

Quelques sites pour approfondir:

http://www.antropologico.gov.ar/ninos.htm

http://www.culturademontania.com.ar/Arqueologia/los-calzados-de-los-incas.html

http://es.wikipedia.org/wiki/Momias_de_Llullaillaco

Publicités

5 réflexions sur “Les enfants de Llullaillaco

  1. Whoua! Vraiment impressionnant! Ça fait flipper! Enterrer vivant des enfants, pour nous c’est inconcevable. Tu as du ressentir de drôles d’émotion devant ces enfants…

  2. perso, je trouve que c’est assez traumatisant, de les voir là, comme s’ils partageaient notre monde, de les retrouver, un peu comme dans l’histoire de Barjavel, « La nuit des temps « , et de connaître surtout leur horrible destin !! comment est-ce possible d’être au 21ème siècle témoin « privilégiés » de ce qu’ont vécu ces enfants du 15 ème siècle !! ça fait froid dans le dos …; merci pour ce reportage terrible ! ça fait réfléchir sur les différences de cultures …

  3. C’est très émouvant. Je suis d’accord avec Pauline….beaucoup de sentiments contradictoires devant ses découvertes exceptionnelles……

  4. Je suis toute retournée par ce reportage. Quelle émotion dans ces découvertes. Ca serre le coeur. Tant de cruauté pour « acheter » une vie future auprès d’un dieu problématique…. Pauvres innocents a qui on a imposé une telle torture.Au nom du dieu « soleil » Ouf, revenons vite dans notre monde actuel, même s’il n’est pas parfait, et loin de là, je le préfère au monde des Incas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s