Valparaiso

Valparaiso… Ce grand port sur l’ocean Pacifique avait pour moi quelque chose de mythique. Les bateaux qui voyageaient de l’ocean Atlantique a l’ocean Pacifique par le cap Horn y passaient avant que ne soit construit le canal de Panama. Aujourd’hui l’age d’or est passe mais il reste le deuxieme port du Chili. Ses maisons de toutes les couleurs ont ete declarees patrimoine mondial de l’UNESCO. J’y suis arrivee dimanche matin apres une nuit de bus. J’ai attendu Camilo au terminal. J’avais decide de faire du couchsurfing pour changer un peu des auberges de jeunesse, tres agreables mais ont y rencontre toujours un peu le meme type de personnes, des « mochileros » comme moi et j’avais envie de rencontrer un habitant de Valparaiso (Valpo pour les intimes). Bref, j’ai donc contacté plusieurs personnes sur le site au dernier moment et Camilo m’a répondu. Il est venu me chercher en voiture avec Charlie, son meilleur ami. Sur le chemin nous nous sommes arretés pour prendre Emma, une norvégienne qui va dormir chez Camilo ce soir également. Direction Concon, une ville voisine de Valpo. Nous serons en fait hébergées par Charlie qui a un appartement au 14eme étage avec une grande baie vitrée qui donne sur l’océan. Il fait un temps superbe et je sors le short pour la premiere fois du voyage. Charlie nous cuisine des pates et nous passons l’apres-midi a discuter histoire de se connaitre un peu mieux. Emma parle tres bien espagnol, elle a vecu plusieurs mois a Barcelone. Moi j’essaye de suivre comme je peux, je ne me débrouille pas trop mal. Camilo a pris quelques mois de vacances pour profiter de ses amis et accueillir des couchsurfeurs avant de partir travailler un an en Australie. Il joue de la guitarre super bien! Charlie est architecte, il donne des cours a la fac de Valparaiso et il a un projet de construction en briques de lait, original. Le soir nous allons acheter de quoi cuisiner, ce sera des pizzas. Nous nous couchons finalement, Emma et moi dans le lit, Camilo et Charlie dans le salon sur des matelas gonflables.

mapa_2013_invierno+(1)

Le lendemain, Charlie part travailler et nous allons visiter la ville avec Camilo. Le temps n’est malheureusement pas au rendez-vous, il fait tout gris et on ne voit pas les maisons colorées de Valpo au soleil. Nous allons d’abord en bus jusqu’a Viña del Mar oú il y a de grandes dunes de sables d’ou on a une vue sur la ville.

camille 001

Nous allons ensuite jusqu’a Valpo en métro. Excepté la partie de la ville qui longe la mer qui est plate, le reste de la ville est construit sur des collines ce qui donne un tracé des rues tres fantaisiste au gres des caprices du terrain. Nous marchons dans le Cerro Concepcion et le Cerro Alegre, les plus touristiques. C’est vraiment tres agreable, toutes les maisons sont peintes de couleurs vives et il y a du street art partout: sur les murs, les escaliers, les lampadaires… On voit beaucoup de vieilles maisons en bois avec des balcons et des baies vitrées qui donnent sur le port. Nous grimpons a plusieurs miradors avec des vues imprenables, meme si il fait gris c’est tres beau. Nous allons jusqu’a l’auberge d’Emma qui a une terrasse sur le toit… En chemin, nous nous arretons pour manger des empenadas. Ici, la spécialité c’est les fruits de mer. J’en goute une aux crevettes, pas mal! Emma reste dans son hotel et nous repartons avec Camilo. Nous redescendons jusqu’au port. Ici les rues sont droites et les maisons plus hautes. Camilo attire mon attention sur une vieille maison presque en ruines au coin de la Plaza Sotomayor. Il me raconte qu’une vieille dame y vit seule au désespoir de sa famille qui attend qu’elle meure pour hériter. Elle s’assoit parfois devant sa porte pour saluer les passants en italien. On l’apercoit penchée a son balcon. Un peu plus loin, un escalier de plus de 200 marches. Les premieres sont peintes mais le peintre s’est lassé et a abandonné sa tache (« se aburrió » en espagnol, j’ai d’abord compris « se murrió » pensant que le peintre, épuisé par la tache était mort au milieu de l’escalier). Nous allons ensuite faire un tour dans un petit bateau gonflable a moteur pour seulement 2000 pesos (3.50 euros). Ca vaut le détout rien que pour notre guide haut en couleur qui interpelle les passants pour qu’ils montent (dont un couple avec une poussette qui réussit tant bien que mal a prendre place sur le bateau tangant) et nous commente le port et les bateaux qu’on y croise. J’ai du mal a comprendre ce qu’il dit (beaucoup de second degré) mais je crois qu’il était pas mal question de football. Nous prenons finalement le métro pour rejoindre Charlie a l’université et rentrer avec lui en voiture. Le soir, ils me demandent de cuisiner un plat européen. Il est déja tard et tout le monde a faim donc je fais des pates alla carbonara (la vraire recette hein, sans la creme et avec les jaunes d’oeuf). J’étais surprise qu’ils ne connaissent pas, pour nous c’est le plat basique de qui veut faire quelque chose de bon, rapide et pas cher. Ils ont appéciés et moi aussi. Ce soir la, c’est a mon tour de tester le matela pneumatique (il faut le regonfler au milieu de la nuit et on a du mal a en ressortir le matin mais j’ai bien dormi).

camille 141

camille 008

camille 043

camille 044

camille 017

camille 041

camille 059

Ce jour la, Camilo ne peut pas m’accompagner, il doit planifier quelques jours de camping avec des amis sur la plage pour le lendemain. Il m’accompagne jusqu’au bus et nous nous séparons. Je ne le reverrai pas avant de partir… J’ai prévu de visiter la casa de Neruda (La Sebastiana), le célebre poete chilien, en haut d’une colline avec une vue impernable sur la ville et l’ocean. Le métro ne va pas jusque la, il faut prendre un « colectivo ». La bas ce sont des taxis qui font office de bus. Ils viennent chercher les gens a un arret, chacun a un numéro avec sa destination et on s’entasse dedans. La maison est tres agréable, le poete l’a décorée selon son gout avec des couleurs partout et des objets de toutes sortes. Le must: des baies vitrées partout avec une vue incroyable. Je descend ensuite par les petites rues pour aller au Cerro Carcel. Il y a un cimetiere qui se visite et a coté une ancienne prison qui a été réabilitée en centre culturel. Elle abrite en ce moment un festival de photographie. Il y a une exposition de photos prises avec un meme appareil qui est passé de mains en mains de photographes du monde entier, le concept me plait. Je retourne ensuite dans les rues qu’on a visité la veille pour retrouver un petit café qu’on avait repéré avec une tres belle vue, juste a coté du célebre café Torti. Cappuccino + tarte au citron meringuée héhé. Je rejoins ensuite Charlie comme la veille pour rentrer avec lui. Il me demande si je sais faire la ratatouille. C’est pas compliqué, nous passons au supermarché acheter les ingrédients. Malheureusement, il n’y a pas d’aubergines, ce ne sera pas une vraie ratatouille, tant pis! C’est bon quand meme et je suis contente de faire découvrir un plat francais, le plus basique qu’il soit! Nous passons la soirée a discuter. Je pars le lendemain a 8h du teminal de bus pour aller a Mendoza (Argentine). Charlie m’accompagne gentillement en voiture a 7h du matin. J’ai passé un séjour tres agréable grace a lui et Camilo.

camille 087

camille 085

camille 160

camille 101  camille 168

camille 166

 

Publicités

3 réflexions sur “Valparaiso

  1. Héhé t’es en short et nous en pull 🙂
    Valparaiso semble vraiment typique, j’espère avoir l’occasion de regarder les maisons en photos!
    Bon périple Cacaboubou ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s