Derniers jours à Buenos Aires

Le mercredi, je vais visiter le quartier de La Boca avec Mathieu. Avant de prendre le bus, nous accompagnons Marleene qui veux changer ses dollars au marché noir, dans la rue. C’est facile, il suffit d’aller dans la rue Florida, on entend des ‘cambio, cambio!’ un peu partout. On va en voir plusieurs, on compare les taux qui sont beaucoup plus avantageux qu’en retirant au distributeur.

La Boca est un des quartiers les plus touristiques de la ville, quelques rues sont comme réservées au tourisme avec les façades colorées, les boutiques touristiques et les danseurs de tango qui attirent les clients dans les restaurants. Il est conseillé de rester dans ces quelques rues, le reste du quartier est assez pauvre et pas sur du tout! On visite le quartiers, on rentre dans un musée sur un peintre de la Boca dont la terrasse offre une vue panoramique sur la ville. On mange dans un restaurant touristique mais un peu à l’écart avec un cour à l’abri de l’agitation. Je mange un ‘bife de lomo’, une énorme tranche de viande cuite au grill. Mieux vaut ne pas etre végétarien en Argentine!

camille 022

camille 032

camille 035

À l’hotel, je me prépare à partir, je dois aller chez Mariana, une brésilienne que j’ai contacté sur couchsurfing et chez qui je dois passer 3 nuits. Pour y aller c’est un peu compliqué, il faut prendre le métro bondé avec mon gros sac puis un taxi. J’y arrive finalement, je sonne et là, personne ne me répond… J’essaye de la joindre sur son portable, pas de réponse non plus. J’attend une heure dans le hall de l’immeuble. Sans nouvelles, je décide de rentrer à l’auberge. Il commence à faire nuit et je ne suis pas très rassurée avec toutes mes affaires. Je hèle un taxi qui passe au moment où je sors qui me ramène à l’auberge, j’y passerai les 3 nuits restantes… Toujours pas de réponse de Mariana. Le soir je bois quelques bières sur la terrasse de l’auberge avec les quelques occupants de l’auberge que je commence à connaitre. Nous sortons pour aller dans un bar à Palermo mais impossible de trouver le bus qui est sensé nous y amener. Ça tombe bien, je suis assez fatiguée de la journée malgré mon heure de sieste. Les sorties nocturnes n’aident pas à faire passer la fatigue du voyage et le décalage horaire.

Le lendemain, nous (Mathieu et moi) allons visiter Tigre. C’est une ville en dehors de Buenos Aires sur le delta du Fleuve Parana. Sur place, on peut prendre un bateau-bus, seul moyen de transport pour les habitants, qui navigue dans le delta en s’arretant aux pontons des maisons. Des villas sur piloti s’égrennent le long du fleuve, chacune possédant son ponton. Le cadre est paradisiaque. Nous nous arretons au bout de la ligne de bus, tout le monde est déjà descendu. Nous marchons le long du fleuve un peu au hasard, s’arretant pour prendre des photos ou s’asseoir sur un ponton. Un chien nous adopte, il nous suivra jusqu’au prochain ponton où nous prendra un bateau-bus de retour. Nous rentrons à Buenos Aires après une petite heure de train.

À l’auberge, j’assiste à une dégustation de maté, la boisson traditionnelle que boivent tous les argentins. Nous mangeons à l’hotel et buvons quelques bières avec d’autres occupants de l’auberge. Plus tard dans la soirée, on décide de sortir dans un bar tout près de l’hotel avec Nicolas, un autre français et Raimundo, un chilien. Le bar est bondé, meme un jeudi, mais on passe une bonne soirée, la serveuse est marseillaise.

camille 049

camille 062

camille 066

camille 041

camille 056

Aujourd’hui (vendredi), la journée s’est passée plus tranquillement. Le matin je sors pour imprimer mon billet de bus pour Puerto Madryn, je me balade un peu dans le quartier et je vais à la librairie Avila, la plus vieille de la ville. J’y passe un long moment, ils ont des rayons bien fournis sur la littérature argentine, la Patagonie, Buenos Aires et meme l’archéologie. Je mange un plat de pates au soleil sur la terrasse avec Mathieu. Il fait vraiment beau, ça fait du bien de profiter du soleil car les derniers jours ont été plutot gris. Je lis sur la terrasse une bonne partie de l’après midi. Vers 18h, Mathieu et Nicolas me proposent d’aller courir avec eux. Je n’ai aucun équipement pour mais Nicolas me prete un short et je cours en bensimon, très élégant. On va jusqu’a Puerto Madero, le long d’un canal qui fait office de port de plaisance. C’est un quartier très neuf avec de grands immeubles qui abritent bureaux et hotels, on se croirai plus à New York qu’à Buenos Aires mais la promenade le long du canal est très agréable.

Ce soir, l’auberge organise un asado, le barbecue traditionnel avec toutes les parties du boeuf imaginables.

A 7h de matin on toque a ma porte: c’est Mathieu qui vient me dire au revoir en rentrant d’une nuit en discotheque! Il n’est pas tres frais mais c’est l’intention qui compte 🙂

Publicités

5 réflexions sur “Derniers jours à Buenos Aires

  1. Oui, ta mère a raison Camille! Doucement sur les bières à fond sur le vin!
    Buenos Aires comme tu nous le décris fait rêver. Ce blog est vraiment une bonne idée, on a l’impression de t’accompagner le long de ton périple, on s’imagine les personnes que tu rencontres,…
    J’imagine Mathieu blond à l’air baba cool :p
    Gros bisous tout plein tout plein 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s