Toujours à Buenos Aires

Le dimanche soir, je sors avec Victor Hugo (ça fait très bizarre d’écrire ça) et un américain qui est avec nous dans l’auberge. À la réception on nous indique un bar rue Thames. On y va sans vraiment savoir à quoi il ressemble. De l’extérieur on ne peut pas savoir que c’est un bar, il y a juste une porte fermée avec un vigile qui nous fait entrer. C’est très classe, on nous présente une carte des vins gigantesque. Notre choix se porte sur un Malbec fruité avec une touche de chene (d’après la serveuse). Il font beaucoup de vin en Argentine, surtout dans la région de Mendoza et ils sont très bons! On rentre vers 2h30 après avoir marché un peu dans le quartier Palermo.

Le lendemain matin, je fais la connaissance de Mathieu, un français qui voyage seul également. On décide de se retrouver en fin d’après midi pour aller voir un bal de tango dont on nous a parlé. Pendant la journée, je vais me promener dans le Cimenterio de la Recoleta, l’équivalent de notre Père Lachaise parisien. Je me promène ensuite dans la ville, dans le quartier de Palermo. Je rentre à l’auberge dans l’après midi pour manger un morceau et me reposer un peu. Je rejoint Mathieu et on part à la recherche du bal. On le trouve facilement mais il n’y a de spectacle que le week end. On décide alors d’aller voir une lecture de poésie dans une bibliothèque près de l’auberge à laquelle participent des argentins de Salta qui sont à l’auberge avec nous. La bibliothèque est très belle et nous écoutons quelques poètes mais notre niveau d’espagnol ne nous permet pas d’apprécier la langue… On ne reste pas longtemps. On part ensuite à la recherche d’une milonga (endroit où les portenos vont danser le tango et où il y a souvent une leçon de tango pour les débutants avant le bal). L’adresse nous a été donnée part un argentin que Mathieu a rencontré à Ushuaia et qui habite Buenos Aires. Malheureusement, on a beau chercher, impossible de trouver! On retourne à l’auberge en espérant qu’ils auront la bonne adresse. En effet, le numéro n’était pas le bon. On est au 571 de la rue Peru. On arrive pile à l’heure, le cour débute à 9h. Les premiers pas sont assez laborieux, il va falloir travailler avant d’avoir l’aisance des portenos! Mais on s’accroche et les pas commence un peu à venir vers la fin. Après le cour on s’assoit à une table et on regarde les vrais danseurs. La musique live est vraiment super, d’abord une jeune chanteuse accompagnée à la guitare et ensuite tout un orchestre avec violons, violoncelle, contrebasse, piano et bandonéons. Magnifique! Ça donne vraiment envie de s’y mettre sérieusement.

Le lendemain, je passe la journée avec Mathieu. On va d’abord visiter le Museo de la Ciudad, un tout petit musée, seulement quelques salles (certaines sont en travaux) en bas il y a la plus vieille pharmacie de Buenos Aires avec ses étagères remplies de vieux bocaux. En haut il y a quelques salles avec du mobilier du début du XXº siècle. On marche ensuite jusqu’à la réserve naturelle de Puerto Madero, un grand parc le long du delta, Magnifique! On mange un super sandwich avec une énorme tranche de viande cuite au grill à l’intérieur. Après on va au museo ethnografico avec de beaux objets de tribus indiennes et une exposition archéologique.

camille 003

On rentre à l’auberge pour se reposer avant d’aller dans une autre milonga rue Rivadavia pour rejoindre des français installés à Buenos Aires que Mathieu a rencontré à l’auberge quelques semaines plus tot. Comme la veille, on a droit à notre clase de tango. Après deux heures d’efforts appliqués, on mange sur place et je goute à la traditionnelle milanese, une sorte d’escalope de poulet. Après le bal commence. On regarde danser les gens et un homme vient me proposer de danser. J’hésite un peu en lui disant que je suis débutante mais on y va quand meme. J’arrive à le suivre malgré tout, en se laissant guider ce n’est pas si difficile! Je danse deux morceaux avec lui et je m’arrete. Quelques minutes plus tard un autre viens ne demander de danser, puis un autre! On rentre à l’auberge après ça, c’était vraiment super.

camille 010

camille 014

Publicités

5 réflexions sur “Toujours à Buenos Aires

  1. Ecoute « Jean Pierre Como, pianiste de jazz français, qui joue avec 2 artistes argentins….mélange de culture très intéressant……….et très dansant….

  2. Ecoute « Jean Pierre Como, pianiste de jazz français, qui joue avec 2 artistes argentins….mélange de culture très intéressant……….et très dansant….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s